Curation de contenu : Comment l’utiliser dans votre dispositif de formation


Les plateformes d'apprentissage en ligne sont souvent sous utilisées faute de contenus. En effet, la production de contenu pédagogique n’est pas une mince affaire. C’est un projet coûteux, consommateur en charge de travail et qui doit être livré dans un délai ; alors que l’expression des besoins est souvent de qualité insuffisante (trop complète / figée ou pas assez). Si encore les responsables de formation arrivaient à produire du contenu au rythme de l’innovation... Mais non, les attentes des salariés et des métiers sont dictées par les tendances changeantes du Web : à peine les responsables pensent avoir le bon design qui satisfera tout le monde et le processus de production qui va avec, qu’il faut se remettre à l’ouvrage.

La curation de contenus apparaît, sinon comme une alternative, au moins comme une piste complémentaire aux dispositifs de production existants.

Dans ce guide, nous allons définir la curation de contenus, présenter ces multiples avantages et expliquer comment créer une stratégie de curation de contenu réussie dans votre organisation.

1 - Définition

La Curation provient du terme anglais : "Curator". Le curator ou en français commissaire d’exposition est celui qui dans les musées « « prend soin » des œuvres dont il a la charge, les sélectionne pour une exposition, les met en valeur, etc…» [1] Ici, nous retrouvons les différentes tâches qui définissent la curation de contenus.

Le concept de curation est directement lié aux évolutions du web 2.0, face à la surabondance de l’information produite sur le web, il devient nécessaire :

  • d’identifier des sources de contenus (sites, blogs, médias sociaux) ;
  • de trier les contenus les plus pertinents ;
  • de les présenter selon des thématiques à l’intérieur d’un autre service en ligne capable d’organiser les contenus rassemblés.

La curation est donc une réponse à la surabondance d’information qui n’est pas toujours de qualité égale ; elle permet ainsi de traiter l’information présente sur le net afin de la rendre plus accessible. Le curator joue un rôle de filtre pour sélectionner l’information afin de relayer ce qui est pertinent.

Selon François Ronaï [2], « La curation de contenus est complémentaire à la formation dans la mesure où elle s’insère dans une stratégie d’apprentissage ou au sein d’initiatives ciblées. On va ainsi apporter une thématique, un objet de formation, tout en reconnaissant que la connaissance existe déjà et qu’on peut l’identifier, la valoriser et ainsi faciliter le dégagement du sens pour les apprenants ». On comprends que la curation est la collecte sélective de contenus pertinents en relation avec une thèmatique pour composer un parcours cohérent de sources, d'information, de connaissances utile à l'apprenant.

Il arrive souvent de confondre « faire de la veille » et « faire de la curation ». A première vue, les deux pratiques se ressemblent et en effet, il existe entre elles de nombreuses similarités : choix des sources, collecte, sélection de contenus, diffusion…

Dans les deux cas, il s’agit de rôder sur le web (ou ailleurs) pour dénicher des infos, nouveautés ou autres actualités sur une thématique donnée, puis d’en faire une sélection à partir d’un critère de pertinence.

C’est ensuite que les objectifs se différencient : pour la veille, vous êtes à l’affut sur les thématiques ou infos qui vous intéressent, tandis que dans une logique de curation, vous sélectionnez les contenus pertinents pour la formation de vos apprenants.

2 - De multiples avantages

Tendance assez récente, la curation de contenus séduit de plus en plus d’entreprises. « Elle permet une certaine rapidité dans la mesure où, plutôt que de créer des longs cours sophistiqués, on va assembler des connaissances rapidement digestibles et assimilables en très peu de temps. Elle permet également beaucoup d’agilité pour réagir rapidement et mettre ses contenus à jour », assure M. Ronaï.

Cet concept permet de développer des programmes de formation en sélectionnant des contenus provenant de sources qualifiées comme fiables par l’auteur de cette curation. L’enjeu est aussi de rompre avec la monotonie d’une formation e-learning traditionnelle en utilisant des formats auxquels nous sommes tous habitués lorsqu’il s’agit de nous divertir. Vous vous chargez de dénicher les pépites du web afin d’apporter à vos apprenants les meilleures informations et savoirs sans avoir à parcourir le web en long et en large.



Un autre avantage de la curation, et non des moindres, est la possibilité de s’adresser à des profils d’apprenants hétérogènes. « Pour des organisations composées d’une grande diversité de profils, il est compliqué d’offrir une même formation pour tous. La curation du contenu permet d’outiller les apprenants afin qu’ils aillent chercher le contenu dont ils ont besoin à la bonne place », précise-t-il.

3 - Quelle approche pour de la curation de contenus ?

a - The 5 Models of Content Curation

La curation de contenu comporte plusieurs étapes. Selon Les 5 Modèles de Curation de Contenu [3](de l’anglais The 5 Models of Content Curation) il y a cinq niveaux :

  • Agrégation : collecte d’informations pertinentes sur un sujet spécifique provenant de différentes sources ;

  • Distillation: filtrage de l’information pour partager uniquement du contenu utile et pertinent en fonction des besoins de l’apprenant ;

  • Élévation : reconnaissance d’une tendance plus large à partir d’un contenu apparemment moins important. Mashup: amélioration de la valeur du contenu en fusionnant des éléments de contenu connexes et en ajoutant votre point de vue pour créer un nouveau message ;

  • Chronologie : marquage et organisation de différents éléments de contenu chronologiquement liés à un sujet pour montrer l’évolution d’une idée au fil du temps.

Avant de commencer votre propre curation, vous devez vous rappeler d’examiner la question de la propriété intellectuelle. L’un des plus grands avantages de la curation signifie que vous exploitez les efforts des autres. Mais rappelez-vous que certains des documents que vous transmettez peuvent nécessiter différents types de droits. Assurez-vous que vous accordez du crédit aux bonnes personnes pour les informations que vous utilisez et, si vous n’utilisez pas les informations publiquement disponibles, demandez toujours à la source d’origine l’autorisation de les utiliser.

b - Processus de conception de parcours

Pour réaliser un parcours de formation, vous devez :

  • Tâche 1: Définir le parcours orienté-métier selon les besoins des apprenants et/ou du marché de l’emploi ;
  • Tâche 2: Faire un benchmark ;
  • Tâche 3: Identifier des sponsors (optionnel) ;
  • Tâche 4: Définir 4 projets à exécuter par les apprenants ;
  • Tâche 5: Valider le plan de formation du parcours ;
  • Tâche 6: Faire les demandes de sponsoring (optionnel) ;
  • Tâche 7: Concevoir les modules du parcours (voir ci-desous le processus de conception des modules) ;
  • Tâche 8: Faire le quiz de pré-évaluation métier ;
  • Tâche 9: Définir la grille d’évaluation ;
  • Tâche 10: Définir l’agenda pédagogique ;
  • Tâche 11: Faire la présentation du parcours ;
  • Tâche 12: Concevoir l’image de présentation du parcours ;
  • Tâche 13: Rédiger le contenu dans votre plateforme d'apprentissage ;
  • Tâche 14: Définir les caractéristiques du parcours : Prix (optionnel) ; Durée ; Certification ;
  • Tâche 15: Identifier les mentors ;
  • Tâche 16: Signer les contrats avec les mentors ;
  • Tâche 17: Faire une validation du parcours par le comité pédagogique ;
  • Tâche 18: Déployer le parcours.